Intolérances alimentaires : 3 conseils pour voyager sans stress



Juste avant d'entrer dans le sujet principal de cette page, je voulais vous dire que j'ai peut-être quelque chose qui pourrait vous aider si vous débutez sans gluten.

Plus d'infos à ce sujet à la fin de l'article...

Maintenant, pour ce qui concerne le sujet qui nous préoccupe...

J’aimerais vous donner trois conseils pour voyager sans stress malgré la contrainte des intolérances alimentaires !

👇 PLUS D’INFOS 👇

Au-delà de ces conseils, je vous invite à me suivre jusqu’à la fin parce que je vais vous faire une petite révélation de quelque chose…

Dans cette vidéo, je vous parle de ce qui m’est arrivé lors d’un petit voyage en Ardèche.

Si vous avez des intolérances alimentaires, vous le savez.

Assez souvent, on commence à être méfiant vis-à-vis de tout ce qui se passe autour de nous, de tout ce qui se passe dans notre assiette.

Et dès qu’on n’est pas chez soi, on arrive dans une situation de danger, de jungle.

C’est vraiment quelque chose de très stressant.

Je le sais très bien pour en être victime moi-même.

Je le vis au quotidien.

Moi je suis bien, tant que je suis prêt chez moi, ou dans un environnement familier…

Et dès que je sors des sentiers battus, dès que je m’éloigne un petit peu de la routine, des choses que j’ai bien en place qui permettent d’avoir une sécurité, d’être à l’aise au quotidien…

Il y a une angoisse qui monte, et puis parfois, peut-être c’est votre cas aussi, on est tenté de ne pas voyager, de ne pas visiter, de ne pas exercer cette curiosité naturelle qu’on a d’aller voir ce qui se passe ailleurs, d’être curieux de découvrir des choses nouvelles…


ℹ️ RESSOURCES UTILES

🍞 INSCRIPTION NEWSLETTER (+ bonus : recette de pain sans gluten)

Et si vous préférez la version texte c’est par ici !

Intolérances alimentaires - 3 conseils pour voyager sans stress

Salut c’est Marc !

Aujourd’hui, J’aimerais vous donner trois conseils pour voyager malgré la contrainte des intolérances alimentaires, sans stress !

Et puis au-delà de ces conseils, je vous invite à rester avec moi jusqu’à la fin parce que je vais vous faire une petite révélation de quelque chose…

Bon, je ne vous en dis pas plus, je vous en parlerai à la fin de vidéo.

Vous vous en rendez compte probablement si vous êtes dans le cas d’avoir des intolérances alimentaires, c’est que assez souvent, on commence à être méfiant vis-à-vis de tout ce qui se passe autour de nous, de tout ce qui se passe dans notre assiette.

Et dès qu’on n’est pas chez soi, on arrive dans une situation de danger, de jungle.

C’est vraiment quelque chose de très stressant.

Je le sais très bien pour en être victime moi-même.

Je le vis au quotidien.

Moi je suis bien, tant que je suis prêt chez moi, ou dans un environnement familier.

Et dès que je sors des sentiers battus, dès que je m’éloigne un petit peu de la routine, des choses que j’ai bien en place qui permettent d’avoir une sécurité, d’être à l’aise au quotidien…

Il y a une angoisse qui monte, et puis parfois, peut-être c’est votre cas aussi, on est tenté de ne pas voyager, de ne pas visiter, de ne pas exercer cette curiosité naturelle qu’on a d’aller voir ce qui se passe ailleurs, d’être curieux de découvrir des choses nouvelles…

Simplement parce qu’il y a la barrière du voyage, de l’inconnu et de ce que ça implique.

L’origine de cette discussion qu’on a maintenant vous et moi, ça vient en fait d’un petit voyage que j’ai organisé.

J’ai donc profité d’un week-end de quatre jours pour emmener ma famille en Ardèche !

C’était la première fois qu’on a visité cette région qui est magnifique !

Donc si vous venez d’ailleurs d’Ardèche, je vous salue, et je vous félicite pour l’accueil, et la jolie région où vous habitez.

On a été vraiment ravis et séduits par toutes les belles choses qu’on a vues pendant ces jours.

Juste pour vous dire, le voyage, il a été décidé 4 jours avant le départ.

Tout a été organisé à la dernière minute, mais vraiment, car je ne savais pas qu’on allait partir en Ardèche.

Je n’avais de point de chute, rien du tout !

On ne savait même pas ce qu’on allait visiter…

Aucune idée de rien, simplement l’idée d’aller en Ardèche !

Et sur ces quatre jours, la grande victoire pour moi, c’est que j’ai mangé au restaurant trois fois, et donc sur sur trois jours consécutifs.

Et sur ces trois restaurants, je n’ai pas été malade, je n’ai pas eu de symptômes.

Je ne me suis pas senti mal.

Et pour moi, c’est une grande victoire, parce que, soit d’habitude je me retiens d’aller manger au restaurant, ou d’aller manger à l’extérieur.

…ou en tout cas, je ne fais pas vraiment de voyage, ou que je fais des voyages, j’essaie d’amener tout avec moi, d’avoir le contrôle à 100 % sur tout, parce que j’ai un nombre d’intolérances alimentaires qui rendent les choses trop compliquées pour faire confiance aux restaurateurs, aux gens à l’extérieur, de prendre ma santé en main, quelque part…

Mais heureusement avec le temps j’ai fini par améliorer pas mal de choses au niveau de mon organisation.

J’ai aussi amélioré mon état de santé qui fait que j’arrive un peu mieux a supporter certains aliments qui étaient sur ma liste au départ.

Ce qui ne veut pas dire que je peux faire n’importe quoi aujourd’hui, mais ça va mieux.

Et disons qu’il faut avoir une certaine patience pour arriver jusqu’au stade où l’on sent que l’on est capable d’encaisser un peu des chocs, et puis des écarts.

J’aimerais vous renvoyer la question qui est de savoir : vous, quand est-ce que vous avez fait votre dernier voyage ?

Comment est-ce que vous l’avez organisé ?

Est-ce que vous avez été stressé(e), angoissé(e) ?

Est-ce que vous avez ressenti c’est cette envie de rester chez vous plutôt que de partir ? Pas parce que vous n’aviez pas envie d’aller visiter la destination, mais simplement pour tous les points d’interrogation, toute l’inconnue, tout le stress, toute l’angoisse qui accompagne le fait de devoir voyager quand on a la contrainte des intolérances alimentaires.

J’aimerais maintenant en venir aux trois conseils que j’aimerais vous donner, si vous avez envie, vous aussi de voyager.

Un premier conseil qui en même temps une évidence, c’est d’avoir un point de chute là vous allez, à votre destination.

Et par point de chute , je veux dire : vous devez avoir un endroit qui vous permet de vous sentir un peu comme la maison.

Il faut avoir ce point de repère pour pouvoir ensuite vous rabattre sur ce point de repère, si les choses se passent mal, si vous avez des problèmes, si vous vous sentez mal, ou si vous ne trouvez rien d’autre à manger, que vous puissiez vous débrouiller grâce à cet endroit, où dans l’idéal ce serait bien qu’il y ait de quoi cuisiner, ou en tout cas de quoi préparer quelque chose.

Au minimum, si vous avez un lit, si vous avez une petite table, si vous avez de quoi manger quelque chose de cru, de tout simple, juste quelque chose dans un sachet, c’est déjà une première chose.

Mais si vous avez de quoi cuisiner un petit peu, et si vous pouvez vous débrouiller un petit peu, c’est quand même important, donc le point de chute, il faut le choisir de manière assez judicieuse pour pouvoir être autonome, indépendant, et avoir un point de repère qui vous rassure.

Le deuxième conseil auquel on ne pense pas souvent quand on part en voyage, c’est être prévoyant en terme de réserves de nourriture.

En particulier des réserves de choses qui se conservent facilement, de choses que vous pouvez manger malgré vos intolérances, et des choses qui peuvent vous nourrir en cas d’urgence, ou en cas de difficulté à trouver quelque chose qui correspond à ce que vous avez besoin pour manger !

Donc vous pouvez très bien prendre des chips et des bonbons, mais c’est peut-être pas la meilleure des choses…

Il y a d’autres produits qui sont beaucoup plus sains, et qui vous permettraient peut-être de substituer un repas, ou une partie de repas ou d’avoir des calories en attendant le prochain repas, qui sera du coup, j’espère, meilleur si vous avez eu du mal à naviguer, à trouver quelque chose qui répond à vos attentes.

Parce que le but du jeu ce n’est peut-être pas de remplacer un repas complet, mais simplement d’avoir quelque chose, de la même manière que le point de chute, le logement où vous allez être, ça devrait être le point de repère pour pouvoir préparer à manger, votre réserve d’urgence ça doit être votre point de repère pour toutes les circonstances où vous n’avez même pas d’endroit où préparer et cuisiner quelque chose, ou vous n’avez trouvé aucun endroit où vous installez pour manger : dans un restaurant, ou autre.

Le 3ème conseil, il est à la fois évident et délicat à gérer.

C’est que vous devez avoir de la patience.

De la patience…

Parce que si vous avez des intolérances, et plus vous en avez, plus ce sera difficile de réunir la base des ingrédients que vous avez besoin au quotidien.

C’est vrai chez vous dans votre cuisiner.

C’est encore plus une vérité quand vous êtes en voyage, on est d’accord je pense…

Ce qui est important, c’est d’avoir beaucoup de patience.

Donc si vous ne trouvez pas tout de suite quelque chose qui est à votre goût, je parle en particulier des restaurants, Soyez patient, soyez patiente.

Par exemple dans le cas de mon voyage en Ardèche de quelques jours on se retrouve dans un petit village qui avait la chance d’être assez touristique heureusement

Donc, il y avait une poignée de restaurants, 3, 4, 5 restaurants.

Le truc c’est que c’était sur une grande colline, et on s’est stationné tout en haut de la colline.

On a marché, marché, marché, marché.

On a fait tous les restaurants, on a regardé toutes les devantures des magasins des restaurants pour trouver quelque chose à manger.

Le premier qu’on a trouvé tout en haut de la montagne aurait pu convenir.

On s’est dit : “bon, peut-être ça pourrait le faire ! ”.

Mais au lieu d’y aller, on s’est dit : “Bon, on a encore du temps, on a prévu suffisamment de marge pour pouvoir explorer et voir les autres restaurants jusqu’à trouver éventuellement le bon, sinon on peut se rabattre sur un petit goûter, un petit quelque chose, si vraiment ça va pas”.

En tous cas pour moi…

Pour le reste de ma famille ça aurait été plus simple évidemment, puisqu’ils n’ont pas les mêmes problèmes d’intolérance alimentaire que moi.

Donc on a continué à marcher, à se promener, et on a descendu cette colline.

Et quand on est arrivé un peu plus bas, on a trouvé un autre restaurant, mais qui faisait des sandwiches, des choses qui ne répondaient pas à mon besoin, puisque je préférerais que ce soit sans gluten évidemment.

Donc voilà…

J’ai continué à faire mon parcours jusque tout en bas.

Et quand on est arrivé tout en bas de cette colline, on a fini par trouver un restaurant dans lequel rien ne correspondait sur la carte !

C’est-à-dire que je n’ai pas trouvé quelque chose qui me correspondait, mais j’ai réussi à voir, en lisant entre les lignes que si je demandais un petit peu d’ajustements et de petites modifications légères au serveur ou la serveuse, que j’allais m’en sortir.

Du coup, on a décidé de s’installer là, et puis tout s’est super bien passé.

J’ai été assez précis sur ce que j’ai demandé pour être sûr qu’il n’y ait pas de problème.

J’ai fait enlever tous les ingrédients qui posaient des problèmes sur un plat où je me doutais que ce n’était pas un problème de le modifier, parce que c’était composé, c’était une espèce de salade.

Donc la salade on mélange des choses, et puis comme c’est pas des restaurants de type “chaîne” où tout est préparé à l’avance, c’est un peu plus facile aussi d’ajuster ça.

Donc ça demande quand même beaucoup de patience, ça demande de la persévérance.

Ça demande aussi le goût du risque.

Donc le conseil que je vous suggère de garder bien en tête, c’est d’avoir la patience de ne pas sauter le premier restaurant, et de vous dire : “ Bon, tanpis, si ça ne correspond pas, j’y vais quand même !”.

Et puis là, ça ne va pas !

Ça il ne faut vraiment pas le faire !

Il faut vraiment garder la patience.

L’idée, c’est de visiter, d’explorer, et de naviguer un restaurant après l’autre jusqu’à trouver le bon.

De regarder s’il y a éventuellement des magasins, de regarder si vous avez quelque chose avec vous, d’avoir un sac à dos, quelque chose pour vous replier en cas de problème.

Que vous puissiez vous sentir à l’aise de rester patient.

Et d’un autre côté il faut aussi avoir un peu le goût du risque parce qu’effectivement, vous ne pouvez pas toujours contrôler ce qui se passe dans les coulisses de la cuisine d’un restaurant, ou d’un endroit où vous mangez.

Soit vous faites confiance, soit vous ne faites pas confiance.

Il y a un peu des critères de choses sur lesquelles vous pouvez essayer d’être attentif.

Et encore une fois c’est parce que vous avez cette patience que vous pouvez passer en revue tous les points qui sont importants, jusqu’à ce que l’endroit où vous allez manger réunit les conditions que vous avez besoin.

Ça c’est super super important.

Pour moi, c’est le conseil le plus important.

Et en même temps c’est le plus difficile…

Peut-être que voyager “sans”, donc quand on a plein d’intolérances alimentaires, c’est quelque chose qui vous paraît dur, qui vous paraît impossible, ou qui vous semble être contraignant parce que ça demande trop d’organisation, et ça gâche tout le plaisir de la découverte et du voyage.

Ce que je peux vous dire c’est que pour moi cette expérience très positive après une précédente dont je n’ai pas du tout parlé dans dans le cadre de la discussion aujourd’hui, mais après une précédente qui était un voyage plus long d’une dizaine de jours dans un pays éloigné, même sur des îles.

Tout s’est super bien passé aussi, et tout ça ça m’incite, moi, et c’est là le petit scoop du moment…

Alors, je n’ai absolument aucune garantie que ça va se passer.

Mais en tout cas, j’aimerais pouvoir me lancer le défi d’organiser un voyage autour du monde.

Et on en a parlé en revenant de ce voyage en Ardèche avec ma compagne.

« Eh ! Pourquoi on essaierait pas un jour d’organiser un vrai voyage autour du monde !”.

Et ça, il y a quelques temps encore, jamais je n’aurais imaginé même d’avoir cette idée en tête, parce que le niveau de risque, le niveau d’incertitude etc…

Enfin, il y a tellement de facteurs qui sont hors de mon contrôle, et j’aime bien avoir le contrôle surtout pour être bien…

C’était impensable.

Et c’est ce voyage la, et la manière dont j’ai géré qui fait que je n’ai pas été malade, mais ce n’est pas par hasard, c’est parce que j’ai vraiment vraiment fait attention à toutes les choses sur lesquelles il faut être vigilant.

Et c’est grâce à ça que j’ai réussi à retrouver un certain niveau de confiance.

Et ce niveau de confiance m’amène carrément à l’idée de lancer le projet, un jour, j’espère pas trop tard, en tout cas bientôt, d’organiser un voyage autour du monde.

Ou en tout cas de faire un grand voyage !

Et voilà, c’est ça mon petit scoop, et puis ben…

J’essaierai de vous emmener avec moi, le jour venu…

Et puis en attendant, je continue à vous donner tous les conseils, toutes les astuces, et toutes les informations dont vous avez besoin pour gérer vos intolérances alimentaires.

Là dans ce cas-là, évidemment je m’adresse plutôt à vous qui êtes peut-être plus avancé dans votre réflexion puisque je m’adresse aux gens, là dans cette vidéo plutôt qui ont des intolérances alimentaires qui sont déjà bien définies, pour lesquels vous avez déjà tout clairement dans votre tête, et vous savez quoi éviter, comment gérer.

La question c’est simplement comment faire pour mieux vous organiser, pour optimiser les conditions du quotidien pour pouvoir gérer et naviguer
Sereinement, sans stress.

Si vous êtes dans ce cas-là et que vous avez envie d’en savoir plus, ou si par contre vous ne savez pas trop par où commencer, parce que le gluten, les produits laitiers, et tous les autres ingrédients qui peut-être vous font des problèmes, ou provoquent des symptômes chez vous…

Si toutes ces choses-là vous perturbent mais vous ne savez pas très bien par où commencer, l’étape suivante que je vous invite à suivre, c’est de regarder dans la description qui accompagne cette vidéo pour suivre le lien dans lequel vous allez pouvoir vous inscrire
À ma newsletter dans laquelle je vous accompagne pas à pas, et je vous guide, et je vous donne des astuces au fur et à mesure pour résoudre les problèmes dans le bon ordre, et de la bonne manière.

En tout cas, de la meilleure manière avec toute l’expérience et le vécu que j’ai déjà moi-même, et toutes les choses que j’ai pu accumuler, et toutes les questions auxquelles j’ai réussi à répondre avec le temps.

On peut gagner énormément de temps en s’entourant des bonnes personnes.

Et moi je vous invite à vous inscrire à ma newsletter pour que je puisse faire parti de ces personnes qui vous aident à aller mieux, à avancer, à progresser, à éviter les erreurs.

Et puis à pouvoir retrouver l’énergie, pour pouvoir gérer et mettre en place des projets tels que ce projet un peu fou de voyage autour du monde que peut-être je ne ferai pas mais en tout cas je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour essayer de me rapprocher de cet objectif parce que ça me trotte dans la tête depuis qu’on est revenu de ce voyage d’Ardèche.

Donc, abonnez-vous aussi pour savoir si finalement je vais réussir à mener à bien ce projet dans la période à venir.

J’espère que ‘à cette vidéo vous a plu et moi je vous dis à très bientôt pour la prochaine.

Ciao, ciao !


📽️ DE QUOI PARLE MA CHAÎNE YOUTUBE ?

Vous êtes concerné(e) par un changement alimentaire à cause d’une maladie liée au gluten (maladie coeliaque, sensibilité au gluten non coeliaque, allergie au blé).
Des intolérances alimentaires vous font souffrir (intolérance aux produits laitiers : lactose, caséine et protéines de lait de vache). Vous avez d’autres maladies chroniques…

Je ne me contente pas d’enlever le gluten, j’ajoute des informations nutritionnelles, de la vulgarisation scientifique, une dose de créativité et quelques soupçons d’humour.


😼 QUI EST MARC WELTER ?

Je suis victime de nombreuses intolérances alimentaires.
Je parle de régime sans gluten et sans lait, d’intolérances alimentaires, de nutrition-santé
Je me sers de ma passion pour la bonne cuisine, de mon doctorat de Biologie, et de ma formation de thérapeute en nutrition-santé globale pour vous apporter un éclairage unique sur l’alimentation et la santé.
J’ai l’ambition de créer quelque chose de grand, mais pour ça, j’ai besoin de vous.

Abonnez-vous maintenant pour faire partie de l’aventure !


👍 RESTONS EN CONTACT

Si vous me suivez seulement ICI, vous ratez des choses !

► BLOG

► FACEBOOK

► TWITTER

► GOOGLE+

► LINKEDIN

► PINTEREST

► INSTAGRAM


☯️ Découvrez les clés de l’épanouissement dans votre assiette à travers une alimentation adaptée, variée, au service de votre santé sur le long terme.



Pour en revenir rapidement à ce que je vous écrivais en tout début d'article...

Je ne sais pas si vous avez besoin d’une méthode pour débuter sans gluten rapidement.

Je ne sais vraiment pas si tout se passe déjà bien dans votre cuisine et dans votre santé, ou si au contraire vous avez besoin d’un coup de pouce urgent.

Peut-être que vous n’en avez pas besoin…

Mais au contraire, si vous avez parfois l’impression qu’il vous manque quelque chose, alors je vous ai préparé ça :  

 CLIQUEZ pour avoir votre accès :

http://blog-sans-gluten.com/nj83pl  

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout !

Pour aller encore plus loin, je partage avec vous 4 erreurs communes que l'immense majorité des gens font quand il s'agit de mettre en place une alimentation sans gluten.
Voici un cours en ligne que je vous offre pour vous aider à passer au niveau supérieur.

Cliquez ici et laissez-vous guider >>



Tagués avec : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laissez un commentaire