Intolérances alimentaires, sensibilités, allergies Comprendre et vivre avec – Florence Arnaud

Entretien en vidéo avec Florence Arnaud

Intolérances alimentaires, sensibilités, allergies. Comprendre (et vivre avec !)

Pour en venir à l’épisode #5 de ma chaîne Sans Gluten et Sans Lait

Dans cette vidéo, j’ai eu le plaisir et l’honneur de donner la parole à Florence Arnaud, alias « Flo » du site makanaibio.com.

Dans cet article, je partage avec vous le résumé de ma rencontre avec Florence.

Je suis un grand fan de son blog depuis longtemps. J’avais investi dans l’édition électronique de son livre qui traite de l’épineuse question des intolérances alimentaires.

Voici maintenant venu le temps d’une nouvelle édition papier pour ce livre, paru aux éditions Terre Vivante.

Mais avant de plonger dans le détail de tout cela…

J’aimerais vous inviter à découvrir sans plus attendre la vidéo de mon entretien avec Florence. Nous évoquons différents sujets qui tournent évidemment autour de la thématique de son livre « Intolérances alimentaires, sensibilités, allergies. Comprendre (et vivre avec !) »

Cet entretien vidéo fait partie de mon projet de chaîne Sans Gluten et Sans Lait (pour voir le premier épisode, suivez le lien : Pourquoi une chaîne sans gluten et sans lait ?) !

 

Dans cet épisode voici ce que vous apprendrez

  • Vous saurez où trouver les clés pour décoder les étiquetages
  • Quel est l’ingrédient caché dans les aliments transformés dont personne ne se méfie…
  • Pourquoi l’alimentation n’est qu’un des aspects à prendre en compte lorsqu’on doit vivre avec des intolérances alimentaires
  • Et plein d’autres choses…

UN APERÇU DES SUJETS DONT NOUS PARLONS

Florence Arnaud répond à mes questions à propos de son livre : Intolérances alimentaires, sensibilités, allergies. Comprendre (et vivre avec !)

Livre-intolerances-alimentaires-sensibilites-allergies-Florence-Arnaud

Voici donc un avant-goût de ce dont nous parlons dans la vidéo :

  • Pourquoi Florence a-t-elle écrit ce livre
  • Pourquoi nous sommes plus que simplement ce que nous mangeons
  • Comment un texte européen va faire changer l’étiquetage en France
  • Le risque que représente les auxiliaires technologiques de fabrication
  • et bien d’autres choses encore

Toutes les réponses sont dans l’épisode #5  Intolérances alimentaires, sensibilités, allergies Comprendre et vivre avec !

Comme vous le voyez, nous avons discuté d’intolérance alimentaire en profondeur avec Florence.

Je vous invite donc à bien regarder la vidéo en entier !

Cela en vaut la peine, car l’entretien a été très riche en informations pratiques et utiles, comme vous l’avez certainement compris !

En plus, à la fin de la vidéo, Florence nous dévoile un élément clé pour comprendre les intolérances alimentaires dont très peu de gens ont conscience aujourd’hui !

Et elle me fait même une confidence par rapport à mon blog-sans-gluten qui m’a beaucoup touché… Alors n’attendez pas, regardez la vidéo maintenant !

Et pour commander votre exemplaire du livre cliquez simplement ici (ou sur la couverture du livre).

Transcription

Transcription de la vidéo d’entretien avec Florence Arnaud du site Makanaibio.com

Marc Welter

Bonjour à tous c’est Marc du blog sans gluten et j’ai l’immense plaisir d’être avec Florence du site Makanaibio.com.

En fait je suis super content parce que je te connaissais via internet mais c’est la première fois que je t’ai rencontré aujourd’hui parce que je suis avec toi à un salon qui est le salon des allergies alimentaires et des produits sans qui se tient à Paris. Et tu as d’ailleurs fait une présentation tout à l’heure qui parlait de l’étiquetage des produits « sans » et de la manière dont on doit envisager l’alimentation.

Pour les autres personnes qui ne connaissent pas du tout le livre, pourquoi tu as fait ce livre ?

C’est par hasard ? C’est par accident ? Moi je connais la réponse.

Florence Arnaud

Non, j’ai fait ce livre parce que j’ai eu à chercher des réponses que je propose dans ce livre, puisque dans ma famille nous avons un long historique de difficultés de santé qui nous a amené à nous focaliser à un moment donné sur notre alimentation et à identifier un certain nombre d’intolérances, de sensibilité et d’allergies, les trois chacune à leur façon dans les différents membres de la famille.

Et quand on a appris que l’on avait à faire attention à notre alimentation, non pas selon la prise de poids, etc. quoique bien sûr, mais particulièrement parce qu’elle pouvait nous rendre malade.

J’ai été assez perdue. Au début je ne savais pas comment faire, je ne comprenais pas du tout ce qu’on était en train de me dire. Qu’est-ce que c’était qu’une intolérance ? Pourquoi est-ce que les protéines du lait passaient ma paroi intestinale ? Je ne comprenais rien du tout.

Et donc je me suis retrouvée au début (c’était en 2019 – 2010) dans des magasins où j’achetais bio, déjà. J’étais assez consciente de ce que je mangeais, assez intéressée par ce que je mangeais.

Mais je me retrouvais dans des magasins, ne sachant pas quoi acheter, et revenant dans ma voiture, et fondant en larmes dans ma voiture parce que je ne savais plus quoi faire.

En plus de cela c’était ma fille aînée qui était malade, et on m’a dit :

« Oui mais c’est ta faute, tu lui donne du pain au levain, tu te prends la tête avec ta nourriture, tu ferais comme tout le monde et elle mangerait comme tout le monde des choses du supermarché qui sont bio et tout irait bien. C’est toi qui la stresse et qui la rend malade !

Evidemment c’était assez critique comme situation

Marc Welter

Oui, culpabilisant.

 

Florence Arnaud

Très culpabilisant ! Et puis je n’avais pas de réponse, il fallait les réponses. Donc je me suis vraiment penchée sur la question. Et comme il se trouve que je lis aussi très bien en langue anglaise, je me suis penchée également sur toutes les ressources en langue anglaise.

Et là j’ai trouvé énormément de choses qui m’ont intéressées.  Et petit à petit en confrontant — moi je suis chercheur de formation, chercheur en droit, mais chercheur — donc petit à petit en confrontant

 

Marc Welter

Tu as appliqué ta démarche, ta déformation professionnelle.

 

Florence Arnaud

Exactement.

 

Marc Welter

C’est un peu comme moi, donc on se retrouve.

 

Florence Arnaud

Et donc j’ai aussi recoupé des informations, puisque j’ai écrit une thèse. Donc tu vois bien le processus. On emmagasine, on mûrit, on recoupe, et puis finalement, on garde ce qui nous semble être défendable, justifié, motivé.

Et j’ai emmagasiné une certaine quantité d’information. Et puis c’est là que Karen Chevalier qui anime le blog cuisine-saine.fr m’a dit  » ben tiens, tu devrais en faire un livre  »

Elle m’a présenté une éditrice à ce moment. Donc il y a eu une édition papier, qui a très bien marché mais l’éditeur a mis la clé sous la porte, et c’est une autre histoire.

Et puis ensuite Carole, du site Alter-gusto m’a proposé de le lancer sous forme électronique. Et donc je l’ai réédité, retravaillé, actualisé, et il est paru sous forme électronique. Et puis là, il a été ré-édité enrichi et il parait chez Terre Vivante. Voilà l’historique.

 

Marc Welter

Oui. Alors moi ce que j’ai bien aimé dans ton approche c’est le fait que ton parcours professionnel t’a amené à maîtriser pas mal de choses sur la notion de droit, de droit de l’alimentation et combiner cela avec ton vécu et la manière dont tu perçois l’alimentation, la manière dont on fait notamment l’étiquetage, maintenant qu’il y a des nouvelles lois, des choses qui se mettent en place pour essayer d’accompagner au mieux les gens.

Il y a notamment la présentation que tu as faite tu as parlé tout à l’heure — on ne va pas rentrer dans le détail —  mais tu as parlé du fait qu’il y aussi des choses qui sont bien, et puis il y a encore des dérives, des gens qui ont essayé à des fins marketings des choses qui sont censées véhiculer des messages, qui ne sont pas les bons.

Mais avant de rentrer dans cela, on pourra peut-être en reparler deux ou trois mots après, Mais c’est vrai que pour ce qui concerne les intolérances alimentaires, moi j’ai pas mal apprécié tout ce que tu as présenté en terme d’explications sur des étiquetages des différents allergènes principaux.

Et je ne sais pas si tu as des remarques, des commentaires, par rapport à cela, et puis tu pourras dire un peu le reste du contenu.

 

Florence Arnaud

Alors, ce que je peux faire comme remarques, c’est qu’effectivement, donc, je reprends bien sûr dans cette version, et j’ai actualisé, puisqu’au 20 juillet 2016, dans quelques mois, il y aura entrée en vigueur d’un règlement d’exécution, un texte européen, qui précise ce que l’on peut appeler gluten, et a quelle condition on peut mettre un étiquetage « sans gluten« , ou un étiquetage « transformé sans gluten« , « à teneur réduite en gluten« .

Et puis ce texte introduit également la particularité de l’avoine. Ça moi je l’avais défendu depuis pratiquement les débuts de mon blog Makanai.

Et enfin, l’avoine est reconnu comme étant en Europe, et donc en France aussi, puisque c’est un règlement d’application obligatoire, comme étant une céréale qu’on doit dissocier des autres céréales dites à gluten.

 

Marc Welter

Mais bon, les malades coeliaques, il y a une frange de ces malades là pour lesquels il y a une prudence qui est de mise. Pour ceux-là il faut faire une explication de texte. C’est censé être de l’avoine sans gluten, et en réalité ils peuvent très bien déclencher une réaction. Donc c’est spécifique à une partie des malades coeliaques. On ne va peut-être pas rentrer dans les détails, mais tu as fait un article là-dessus.

 

Florence Arnaud

En effet, l’avoine peut être contaminée. C’est quand même le danger majeur de l’avoine en France, c’est la contamination d’une part.

D’autre part, elle peut ne pas être tolérée. Mais le maïs aussi n’est pas toléré par de nombreux coeliaques.

Et on peut être allergique au riz. Et, et, et…

Donc en fait, il y a des exceptions. Et en tant que bonne juriste, de toute façon l’exception confirme la règle.

 

Marc Welter

Toi tu considères que ce livre il serait plutôt pour qui ?

 

Florence Arnaud

Cela peut être pour quelqu’un qui a une maladie avérée, une allergie, une sensibilité, une intolérance, ou une maladie coeliaque avérée, puisque le livre propose d’aller au-delà de l’alimentation. C’est aussi une approche qui me tient vraiment à coeur. C’est-à-dire qu’on a identifié un problème alimentaire. C’est très bien, donc j’explique quel type de problème ce peut être, comment on peut faire pour l’identifier. Ça c’est une première partie. Parfait.

Mais ensuite, il ne faut pas oublier quand même que nous sommes en partie ce que nous mangeons, mais nous sommes beaucoup d’autres choses. On est aussi fonction de

  • notre environnement
  • des gens que l’on côtoie,
  • de notre environnement affectif, émotionnel
  • notre environnement physique.

On est aussi fonction du lieu où l’on habite, il y a des questions de génétique, et il y a des questions d’énergie aussi, d’ambiance énergétique dans laquelle on traîne, d’électro-sensibilité. Enfin il y a énormément de données.

Donc ce livre peut tout à fait s’adresser à quelqu’un qui serait diagnostiqué coeliaque, et qui a besoin de voir un peu plus loin que juste sons assiette.

 

Marc Welter

Rien n’interdit de considérer que peut-être, soit il y a d’autres intolérances alimentaires que d’autres aliments puissent…

 

Florence Arnaud

…ou d’autres facteurs de déséquilibre. Mais c’est vrai que quand on est face à son assiette, d’ailleurs on nous dit pour manger sereinement, concentrez-vous sur ce que vous êtes en train de faire, donc normalement, on est face à son assiette, mais il y a le monde entier autour, et tous les impacts que cela peut avoir pour nous, sur nous, indépendamment de nous.

La qualité de l’eau est très importante, la qualité du sommeil, l’endroit où l’on vit,  et encore une fois, tout l’équilibre émotionnel. Donc ça c’est vraiment très important.

A ce titre, le livre peut tout à fait s’adresser à quelqu’un qui est coeliaque.

D’autre part il propose toutes les règles d’étiquetage qui peuvent également intéresser les coeliaques. Et puis il propose des recettes, puisqu’il y a plus de 80 recettes qui sont toutes sans gluten. Et notamment avec un mix de farines sans gluten.

Un message vraiment important, c’est que je crois que la question des enzymes est une question absolument clé.

A la fois les enzymes que nous avons en nous-même et les enzymes dans ce que nous mangeons.

Je parle de l’incidence de la transformation des aliments par l’industrie alimentaire, et ça je crois que c’est vraiment très important.

Et notamment la transformation alimentaire via les enzymes qui sont des auxiliaires technologiques de  fabrication. Je pense que cela peut jouer un rôle très important. Ça, plus le fait…

 

Marc Welter

Face aux intolérances

 

 

Florence Arnaud

Face aux intolérances, voilà. C’est-à-dire que nous mangeons des aliments qui sont enzymatiquement transformés en quelques sortes, ce qui fait que cela peut éventuellement perturber, déséquilibrer notre propre fonctionnement interne.

Et en plus on a des modes de vie globalement qui font qu’on a un capital enzymatique extrêmement différent. Et je crois qu’il y a vraiment une piste très importante du côté des enzymes.

On parle beaucoup de l’intestin, du microbiote, des bactéries. Je crois que la fonction des enzymes c’est aussi dans la bouche, et il y en a partout. Enfin je crois vraiment que c’est fondamental.

 

Marc Welter

Dans le livre tu en parles très bien. Tu parles du fait que ce ne sont pas forcément des éléments qu’on a besoin de mentionner sur les étiquetages.

 

Florence Arnaud

Voilà.

 

Marc Welter

…qui se passent dans les coulisses et qui sont considérés comme des annexes. Et peut-être cela ne devrait pas être le cas.

Donc cela veut dire aussi qu’il faut se méfier de tout ce qui est transformé.

Si on réfléchit encore un peu plus loin, peut-être qu’il faudrait se tourner vers plus de naturel.

 

Florence Arnaud

Je ne dirais pas « naturel ».

 

Marc Welter

Alors comment dirais-tu ?

 

Florence Arnaud

Je dirais le moins transformé possible. Le mieux c’est vraiment d’aller, enfin, d’acheter ses fruits et ses légumes qui sont vraiment la base de l’alimentation, parce que c’est la base des minéraux dont on a besoin, des vitamines dont on a besoin, des enzymes dont on a besoin, et aussi plein de bonnes bactéries, parce que ça a poussé dans la terre, etc.

Donc ces légumes et ces fruits, il faut aller les chercher pas trop loin de chez soi, et les manger relativement vite pour qu’ils soient dans un état de transformation minimal.

Donc oui c’est du naturel plus une absence de transformation.

Parce qu’une pomme que t’achète après un long… ou une banane que tu achètes après un long trajet de milliers de kilomètres, qui a été cueillie non-mûre, enfin etc. tout ce qu’on peut imaginer pour une banane entre guillemets « naturelle », mais en fait c’est un produit transformé.

Et ça je pense que c’est vraiment très important.

En plus de cela,

c’est d’autant plus important qu’aller chercher un produit qui est très peu transformé c’est aller à la rencontre de ceux qui le produisent.

Et aller à la rencontre de ceux qui le produisent, c’est l’échange humain.

Et donc ça nourrit émotionnellement.

Et ce qui nous nourrit émotionnellement nous nourrit globalement, nourrit notre équilibre.

Et cela revient à ce que je disais tout à l’heure : c’est que l’on est ce que l’on mange. Mais on est tellement plus que ce qu’on mange.

Et on sait tous par exemple qu’on a des souvenir émotionnels de quand on était petit, de telle personne qu’on aimait beaucoup qui un jour nous a donné une chose qu’on a particulièrement bien aimé, parce que c’est la personne qu’on aimait qui nous l’a donnée.

Donc on ne peut pas dissocier l’émotionnel du strictement drastique.

 

Marc Welter

Je ne sais pas si tu as d’autres choses dont tu voulais encore parler, mais sinon le mieux c’est peut-être que les gens se tournent directement vers le livre et qu’ils le lisent parce que c’est une lecture intéressante.

 

Florence Arnaud

Et qu’ils n’hésitent pas ensuite à me poser des questions, à susciter des débats, des articles.

C’est un lieu de partage, mon blog s’appelle « lieu de partage » « makanai », mais « lieu de partage ». Et l’idée c’est que je ne sais pas tout, personne d’entre nous ne sait tout, on a plein à découvrir, mais que en partageant, et bien, je reviens au relationnel aussi, donc on crée des dynamiques positives, des dynamiques de santé.

 

Marc Welter

Tu m’avais dit hors caméra aussi qu’apparemment tu as mentionné mon site,

 

Florence Arnaud

Exactement

 

Marc Welter

…apparemment pour un article que j’avais écrit qui était un peu controversé, mais bon on peut aussi le mettre en lien dans la description.

 

Florence Arnaud

Donc déjà dans la webographie, tu es là !

 

Marc Welter

Très bien, ben merci !

 

Florence Arnaud

Sans avoir été forcé. Tu le découvres en fait aujourd’hui parce que je ne t’en avais pas informé. Et puis lorsque je parle effectivement du gluten faux coupable ou pas, et bien tu vois, « l’intolérance au gluten une réalité au-delà de la maladie coeliaque », je te cite pour cet article que j’ai trouvé très bien dans lequel tu disais « pourquoi faut-il arrêter de parler d’intolérance au gluten ? ».

 

Marc Welter

Ce n’est pas une attaque contre les malades coeliaques, même si le titre en a l’air, c’était un peu fait exprès. On va laisser les gens découvrir, je mettrai le lien pour les gens que cela intéresse.

 

Florence Arnaud

Mais la démarche était très intéressante dans cet article, indépendamment du fond.

 

Marc Welter

Le but c’est de réfléchir, ce n’est pas d’amener une réponse, c’est plutôt de poser des questions.

 

Florence Arnaud

Voilà ! À la fois de réfléchir et puis tu as aussi eu une méthodologie qui me plait

 

Marc Welter

Méthode scientifique !

 

Florence Arnaud

Mais c’est ça ! Et c’est vrai qu’on se retrouve aussi là-dessus, non pas pour avoir la vérité, la solution, mais

 

Marc Welter

Une forme de rigueur

 

Florence Arnaud

Une forme de rigueur, oui. Il ne faut pas faire n’importe quoi, mais il ne faut pas être simpliste.

 

Je voulais aussi préciser que Véronique Chazot a participé pour une cinquantaine de recettes et elle a aussi un blog maintenant qui s’appelle

les 3 sans. Le chiffre 3 et « sans ».

 

Marc Welter

Du coup moi, je voudrais terminer la vidéo sur ça. Moi ça m’a sincèrement vraiment fait très plaisir de pouvoir partager ce qui concerne ce livre, et puis le reste dont on a parlé aujourd’hui.

Du coup j’invite tout le monde, si vous avez envie d’en savoir plus sur ce livre, je vais mettre le lien pour que vous puissiez l’acheter, le lire et puis allez voir Florence pour lui dire ce que vous en pensez.

 

Si cette vidéo vous a plu je vous invite à cliquer au-dessus, en-dessous pour la partager, « liker », voilà, tout ce que vous pouvez manifester si ce genre de vidéo vous intéresse, parce que moi et même Florence on serait contents de savoir que ça vous a plu. Et cela pourrait inciter à continuer le débat sur ces questions et d’autre. Et puis des échanges.

Donc voilà, c’est assez important de créer cette dynamique-là.

Ça commence sur internet, et puis comme vous voyez ça se termine en face à face et puis c’est vraiment très sympa.

Donc moi je vous dis à très bientôt !

A très bientôt Florence !

 

Florence Arnaud

Merci Marc !

 [fin de la transcription]

 

Liens et ressources mentionnés dans cet épisode

L’article à propos de l’avoine dont nous parlons durant l’entretien : http://makanaibio.com/2011/10/lavoine-et-lintolerance-au-gluten-ennemie-ou-amie.html
L’article que j’ai écrit sur mon blog et que Florence Cite dans son livre : http://blog-sans-gluten.com/pourquoi-faut-il-arreter-de-parler-d-intolerance-au-gluten/
Le site de Véronique Chazot : http://les3sans.fr/
Le site de Karen Chevalier : https://cuisine-saine.fr/
Le site de Carole : http://www.altergusto.fr/

 

Merci d’avoir lu cet article / vu cette vidéo !

Si ce sujet vous a intéressée, et que vous aimeriez m’encourager, c’est très simple.

Il vous suffit de vous abonner directement à la chaîne sans gluten et sans lait en cliquant sur le bouton rouge ici :

 

Si votre enthousiasme ne s’arrête pas là, prenez un instant pour partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés, ou au moins aidez un(e) ami(e) qui s’intéresse à la problématique des intolérances alimentaires, sensibilités, allergies 😉 .

Un immense merci à Florence Arnaud

Je voudrais encore une fois prendre un rapide instant pour remercier Florence Arnaud qui s’est jointe à moi pour vous offrir ce bel entretien !

Le mot de la fin

J’espère que cet entretien en vidéo, « Intolérances alimentaires, sensibilités, allergies Comprendre et vivre avec » vous a plus.

Je vous laisse l’honneur du mot de la fin !

Pour cela, il vous suffit de poster un commentaire juste sous cet article (ou sous la vidéo dans Youtube, facebook, etc…)…

A très vite pour la prochaine vidéo !

 

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout !

Pour aller encore plus loin, je partage avec vous 4 erreurs communes que l'immense majorité des gens font quand il s'agit de mettre en place une alimentation sans gluten.
Voici un cours en ligne que je vous offre pour vous aider à passer au niveau supérieur.

Cliquez ici et laissez-vous guider >>



Publié dans article, gluten et santé, nutrition et santé, SAAPS, Sans Gluten et Sans Lait, Transcription Tagués avec : , , , , , , , , , , , , ,

Laissez un commentaire