Joyeux Noël sans gluten !



Juste avant d'entrer dans le sujet principal de cette page, je voulais vous dire que j'ai peut-être quelque chose qui pourrait vous aider si vous débutez sans gluten.

Plus d'infos à ce sujet à la fin de l'article...

Maintenant, pour ce qui concerne le sujet qui nous préoccupe...

Noël !

Moment de l’année si merveilleux, en particulier pour les enfants !

Enfin… Surtout quand on peut manger de tout sans avoir à se poser de questions…

Pour tous les autres, touchés par des intolérances alimentaires, une intolérance au gluten, la maladie coéliaque, je vous offre ce blog sans gluten en cadeau (et pas uniquement pour Noël, bien-sûr tous les autres jours de l’année aussi !).

 

J’aimerais maintenant vous raconter mon pire Noël et quelques conseils pour vous éviter de tomber dans le même piège, et réussir à passer de Joyeuses fêtes !

 Illuminations de Noël, Marché de Noël dans les rues de Strasbourg à Noël, Noël sans gluten, meilleurs voeux sans gluten, meilleurs voeux

Si vous n’êtes pas encore inscrit(e) à la newsletter, je vous encourage à le faire et vous recevrez une bonne recette de pain sans gluten. La newsletter vous donnera de temps en temps des nouvelles du blog directement dans votre boîte email, et en exclusivité, des informations, trucs et astuces autour du « sans gluten » que vous ne retrouverez pas ailleurs sur le blog !

Pour cela, il vous suffit de remplir ce formulaire :

[hcshort id= »8″]

Je profite aussi de cet article pour remercier toutes celles et ceux qui ont déjà manifesté leur sympathie pour le blog dans leurs partages sur les réseaux sociaux, les échanges et partages par email, le bouche-à-oreille, tous les commentaires ! Et j’encourage tous les autres à le faire ! Ces petits gestes compte beaucoup et m’aident à rester motivé pour vous aider autant que possible !

Sincèrement.

Le pire Noël de ma vie et comment vous éviter la même catastrophe

Noël en Alsace

En Alsace, ma région d’origine, Noël est une tradition très forte. Et même si les marchés de Noël fleurissent un peu partout maintenant, c’est dans mon Alsace natale que j’y retrouve toute la chaleur et l’authenticité.

J’adore Strasbourg, la Capitale de Noël, et son fameux « Christkindelsmärik », le plus ancien Marché de Noël de France (né en 1570) !! D’ailleurs la photo qui illustre cet article, je l’ai prise il y a quelques années sur le chemin de la cathédrale de Strasbourg dans la période de Noël. Les saveurs de Noël, les odeurs d’épices, les « bredala », ces célèbres biscuits de Noël, le vin chaud, les illuminations féeriques ! Que de tentations !

Si vous n’avez pas eu l’occasion de plonger dans la magie de Noël en Alsace, Strasbourg vous ouvre grand les bras, sans oublier Colmar, Mulhouse, ou encore tous ces petits petits villages au charme fou qui vous laisseront un souvenir impérissable : Kaysersberg, Riquewihr, Eguisheim et j’en passe. Je trouve que l’esprit de Noël y est vraiment très présent. Je suis d’ailleurs toujours aussi impressionné de voir les efforts d’éclairage et d’animations sur le thème de Noël, jusque dans les plus petits villages.

Mon appréhension à l’arrivée de Noël

Noël est une fête toute particulière, et ce grand moment de partage se concentre autour d’une table, généralement en présence de toute sa famille.

Pourtant, il y a de cela quelques années, je me suis mis à avoir une sorte d’appréhension à l’approche de Noël.

Bizarre, non ?

Depuis aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours cru que j’avais un estomac fragile, de grosses difficultés de digestions.

J’avais souvent cette curieuse sensation que mon repas me restait sur l’estomac beaucoup plus longtemps que ce qu’il devrait, parfois des heures. Pourtant, le processus de digestion au niveau de l’estomac ne prend pas des heures, quelques dizaines de minutes tout au plus.

Les sorties au restaurant, les repas festifs, et les grands moments de célébration ont souvent été pour moi l’occasion de confirmer tout le mal que j’avais à digérer. Je croyais que la gourmandise et les excès expliquaient ces dérangements.

Noël n’échappait pas à la règle. D’ailleurs c’est une des célébrations où l’on passe le plus de temps assis à table, à manger.

Chez nous, Noël en famille a toujours été un moment où l’on met les petits plats dans les grands. On a coutume de dire que la particularité de la cuisine alsacienne, c’est d’allier les traditions culinaires françaises et allemandes pour proposer le meilleur de la cuisine française raffinée, avec des quantités typiquement germaniques !

Et c’est vrai que le jour de Noël, le repas de midi est généralement si riche et copieux qu’il s’étire en longueur. Arrivé à l’heure du diner, on n’est bien souvent pas encore sorti de table, les desserts sont encore là en train de nous tenter. Et il faudrait se donner le courage d’enchaîner avec le repas du soir !!

Avant de découvrir mon intolérance au gluten (et à plusieurs autres aliments aussi…), il m’arrivait occasionnellement de me sentir mal après avoir mangé « quelque chose qui ne passe pas ». Ce « quelque chose » était toujours très vague, et ne suivait aucune règle précise qui m’aurait permis de comprendre ce qui m’arrivait ou comment l’éviter à l’avenir.

Dans ces moment d’excès où l’on prépare des ingrédients nouveaux, rares, différents, dans ces moments festifs où l’on mélange toutes sortes d’aliments, j’avais remarqué cette tendance à avoir plus facilement des problèmes de digestion par rapport à la cuisine du quotidien sans trop savoir pourquoi.

Et c’est comme ça que l’angoisse a commencé à monter. Et puis je me suis mis à suspecter très sérieusement mon alimentation de me causer ces troubles et symptômes. Pourtant jamais je n’aurais osé accepter de prendre en compte des aliments aussi basiques que le gluten ou les produits laitiers dans ma liste de nourriture à surveiller de très près. Quel aveuglement…

La catastrophe

J’ai voulu organiser le repas de Noël chez moi, avec mes parents qui sont venus de loin pour l’occasion. J’avais prévu, un velouté à base de fenouil et croûtons en entrée, un plat en sauce assez sophistiqué, une cuisson au four pour une viande en croûte de sel, une variété de riz colorée et plutôt rare, des accompagnements de légumes variés cuits à la vapeur (4 sortes de légumes différents), et une bûche de Noël (à l’époque avec produit laitier et gluten en belles proportions).

Tout se déroulait à merveille, jusqu’au moment où je me suis senti mal en fin de repas. Tellement mal que j’ai du m’allonger sur le canapé, pris de forts vertiges. J’avais déjà eu ce genre de manifestations à répétition depuis au moins un ou deux ans avant cet épisode. Sauf que là c’était pire.

Je me suis senti glacé, pris de nausées, vertiges, très violents maux de têtes, yeux rouge, du plomb dans l’estomac. J’ai laissé mes invités et je suis allé m’allonger dans mon lit. Je pensais que cela irait mieux après un peu de repos. Sauf que j’ai passé ma nuit de Noël au lit dans un état catastrophique. Quel joyeux Noël…

Le lendemain, ma mère, excellente cuisinière, a très gentiment pris le relais pour improviser les repas du jour de Noël. Je n’ai rien pu avaler de la journée, et me suis senti doublement mal. D’abord  mal pour ma famille qui avait fait le long déplacement pour qu’on passe un bon moment ensemble, et ensuite mal à cause des nausées et vertiges qui ont empoisonné ma belle fête de Noël.

Ce n’est que le 26 décembre que j’ai retrouvé mes esprits. Les mots me manquent pour décrire ce que j’ai traversé.

Le pire c’est que je n’avais rien mangé depuis 2 jours ! Evidemment ! Puisque j’avais associé la nourriture à mes symptômes, la nourriture était devenue mon ennemie. Et ce « Joyeux Noël » a vraiment été le pire de ma vie.

Comment éviter la même catastrophe et envisager Noël avec sérénité avec quelques idées simples

Je ne souhaite à personne de passer par là. Il m’a fallu  plus de 6 mois supplémentaires avant de comprendre ce qui m’arrivait, et j’ai encore souffert beaucoup et de plus en plus fréquemment.

Finalement j’ai commencé à voir la lumière au bout du tunnel. J’ai appris à éviter les aliments qui me faisaient le plus de mal, j’ai tâtonné, j’ai fait des erreurs, j’ai trébuché. J’ai mis de côté le plaisir de manger pendant plus d’un an.

Un an ! Au moins… Pour l’amateur de bonne cuisine que j’étais, la souffrance a été énorme. Et je ne parle même pas de la perception de mon entourage qui me voyait tout le temps malade. Et je ne parle pas non plus des médecins qui n’ont pas trouvé comment m’aider, et qui m’ont renvoyé à ma « maladie imaginaire »…

Et puis j’ai engagé une lutte pour me reprendre en main, malgré l’impasse médicale dans laquelle je me suis retrouvé. J’ai fait des rencontres déterminantes qui ont changé ma vie. J’ai bataillé dur, et j’ai commencé à retrouver très lentement l’énergie pour résister, reprendre goût à la vie.

Et j’ai pu raviver le plaisir de cuisiner, le plaisir de manger (malgré les contraintes) !

Aujourd’hui ce nuage noir est loin derrière moi, mais je ne l’oublierai jamais.

De toute cette histoire est né le blog que vous êtes en train de lire, et l’envie sincère et profonde de vous aider à résoudre vos difficultés en rapport avec le gluten, et autres intolérances alimentaires. Je veux faire de ce blog une grande note d’espoir pour celles et ceux qui se sentent en difficulté dans l’aventure de la cuisine sans gluten. Je me concentre sur les solutions de cuisine sans gluten, sans produits laitiers, sans oeufs, sans soja et sans fruits à coque.

6 idées simples pour célébrer votre réveillon sereinement et sans soucis

Si malgré tous vos efforts à remplacer des aliments qui semblent vous faire du mal, vous continuez à avoir des difficultés digestives, voici quelques idées simples à garder en tête, encore plus utiles dans cette période de réveillon :

1. Essayez de réduire, voire d’arrêter le gluten et les produits laitiers (les numéros 1 et 2 des intolérances alimentaires) et pas uniquement quand on suspecte la maladie coéliaque : voyez si vous vous sentez mieux !

2. Ne mélangez pas trop d’aliments différents dans un même repas

3. La cuisson améliore la digestibilité, alors évitez temporairement les aliments crus

4. La cuisson douce (cuisson à la vapeur ou à l’étouffée) sont à privilégier pour une digestion facile

5. Évitez de tester des aliments nouveaux, ou trop exotiques pour la première fois durant vos repas de fête, surtout si vous savez votre estomac fragile

6. Mâchez bien avant d’avaler ! (tellement simple et pourtant, on ne pense pas toujours à le faire…)

Les intolérances alimentaires se cachent derrière des symptômes anodins, ou une apparente lourdeur digestive. Depuis que je connais les aliments que je dois éviter, je n’ai plus jamais eu cette sensation de lourdeur ou de difficultés digestives… Et au moment où j’écris cet article, cela fait bientôt 2 ans que je revis. Alors si vous êtes vous aussi en difficulté, gardez le courage !

Et si vous voulez aller plus loin avec des conseils et suggestions plus personnalisées, n’hésitez pas et dites-moi en quoi je peux vous aider (cliquez ici pour suivre le lien)  !

Voici Maintenant quelques liens pour trouver des idées de recette de Noël sans gluten sur le blog.

Sélection d’articles et recettes pour un Noël sans gluten (Cliquez sur l’image correspondante pour voir la recette):

entrée sans gluten pour un repas de fête (Noël sans gluten) : queue de lotte au four, riz basmati, bâtonnets de carotte, rouleaux de patates douces à la courgette sur un lit de courgette à la paysanne

Une recette de queue de lotte au four simple et légère pour une entrée chaude d’un menu de Noël sans gluten !

recette rocher coco sans gluten sans lait sans four fondant et moelleux

Des rochers coco sans gluten sans lait et sans four (avec oeuf).

pyramide de boules coco - rocher coco sans gluten sans lait sans oeuf et sans four - congolais moelleux

Des rochers coco sans gluten, sans lait, sans four et même sans oeuf !

biscuits de Noël sans gluten - gros plan sur un gateau sablé en forme de coeur ("bredala" alsacien)

Un biscuit sablé (bredala alsacien) en forme de coeur (pour célébrer Noël sans gluten). Cliquez dans l’image pour voir la recette !!

Un plat principal sans gluten composé d'émincé de poulet aux éclats de graines de courge grillé, potimarron et purée de potimarron

Poulet aux éclats de graines de courge, pâtes de riz noir, et potimarron . Et Voyez si le menu d’Halloween pourrait être détourné pour vous inspirer des idées de cuisine créative sans gluten, et célébrer Noël sans gluten !

Si vous encore d’autres idées pour célébrer un joyeux Noël sans gluten, allez voir la liste complète des recettes sans gluten en quête d’inspiration !

Et puis évidemment, pour accompagner vos repas de célébration, il y a plusieurs idées de recettes de pain sans gluten en suivant ce lien !!

Meilleurs Voeux !

A tous, un immense merci de vous être joint à moi dans l’aventure de ce blog.

Je vous souhaite un Joyeux Noël sans gluten !
Que sa magie vous apporte la paix,
L’amour et la joie dans vos cœurs et aussi dans les cœurs de ceux que vous aimez

Et une pensée particulière pour ceux qui n’ont pas encore compris que manger sans gluten pourrait peut-être les aider à aller mieux

Alors raison de plus de partager ce que vous lisez sur le blog sans gluten avec le plus grand nombre ! Parmi vos amis, contacts et famille se cachent peut-être des personnes qui vivent en ce moment-même un calvaire comme celui que j’ai traversé, et qui n’osent pas en parler, ou qui ne comprennent pas ce qui leur arrive, ou encore qui ne savent pas quoi faire pour aller mieux.

Manger sans gluten, ou en évitant d’autres aliments n’est pas impossible, j’en suis la preuve avec près de 60 aliments à éviter (gluten et lait en tête, mais pas que…). Il y a peu de risques pour vous d’avoir autant de contraintes que moi, et pourtant, voyez la cuisine que je propose sur le blog ! Je n’ai vraiment pas la sensation de me priver ou de souffrir

J’ai une pensée émue pour vous qui retrouverez, j’espère, grâce à mon blog :

  • un peu de plaisir à cuisiner et à manger (oui, même sans gluten)
  • le simple soulagement d’arriver à (re)faire des plats qu’elle croyait devoir écarter définitivement, par manque de solutions alternatives
  • un petit (ou même un grand) espoir dans une cuisine simple et saine au service d’une meilleure santé.

J’espère du fond du coeur que mon blog permettra à chacune de vos visites d’avoir cette agréable sensation de ne pas être seule au monde à devoir faire des efforts, pour que manger sans gluten reste un plaisir.

Joyeux Noël sans gluten à toutes et à tous !

A très vite,

Marc Welter

Blog sans gluten | cuisiner sans gluten pas à pas



Pour en revenir rapidement à ce que je vous écrivais en tout début d'article...

Je ne sais pas si vous avez besoin d’une méthode pour débuter sans gluten rapidement.

Je ne sais vraiment pas si tout se passe déjà bien dans votre cuisine et dans votre santé, ou si au contraire vous avez besoin d’un coup de pouce urgent.

Peut-être que vous n’en avez pas besoin…

Mais au contraire, si vous avez parfois l’impression qu’il vous manque quelque chose, alors je vous ai préparé ça :  

 CLIQUEZ pour avoir votre accès :

http://blog-sans-gluten.com/nj83pl  

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout !

Pour aller encore plus loin, je partage avec vous 4 erreurs communes que l'immense majorité des gens font quand il s'agit de mettre en place une alimentation sans gluten.
Voici un cours en ligne que je vous offre pour vous aider à passer au niveau supérieur.

Cliquez ici et laissez-vous guider >>



Tagués avec : , , , , , , , ,
4 commentaires sur “Joyeux Noël sans gluten !
  1. aura dit :

    Merci pour ces recettes, excellentes fêtes gourmandes sans gluten ni plv ,)

  2. corinne dit :

    Merci pour ce bel article!
    Bon Noël et au plaisir de recevoir tes recettes.
    Corinne

Laissez un commentaire