Sensibilité au gluten : seuil de tolérance

Comprendre son seuil de sensibilité au gluten quand on a une intolérance au gluten

Dans cet article nous allons parler de la délicate question de la sensibilité au gluten, et plus particulièrement du seuil de sensibilité.

“je souhaiterais savoir comment connaître mon seuil de tolérance [au gluten] ? »

Cette question nous vient de Malika et il y a également d’autres personnes qui se posent cette question, vous peut-être ?

J’ai donc choisi de traiter cette très bonne question à travers cet article.

Le concept des Questions-Réponse de nutrition « sans »

Vous avez tous des questions qui restent sans réponse. On en a tous, des questions.

Et en particulier la santé et la nutrition, qui sont des préoccupations majeures, nous amènent à nous poser beaucoup de questions.

Evidemment, la santé, on veut la garder, et quand on l’a perdue, on veut la retrouver. Donc on cherche, mais on ne sait pas toujours où chercher pour avoir la meilleure réponse.

C’est pour cette raison que je vous propose une série de vidéo que je poste sur ma chaîne sans gluten et sans lait où je fais de mon mieux pour chercher les informations les plus fiables à leur source.

(Pensez à vous y rendre et à vous y abonner si cela vous intéresse).

Quand on décide de changer d’alimentation pour passer à une alimentation sans gluten, assez rapidement vient la question de savoir

“Combien de gluten est-ce qu’on est capable de supporter ?”
“Est-ce qu’on peut faire des écarts ? Combien d’écarts ?”

Seuil de sensibilité au gluten – intolérance au gluten

Pour info, grâce à ce lecteur intégré dans la page, vous pouvez accéder à d’autres vidéos de ma série des questions-réponses lorsque vous aurez fini de visionner cet épisode.

Dans cet épisode voici ce que vous apprendrez

* pourquoi y a-t-il débat concernant les sources de contamination de gluten ?
* pourquoi un régime totalement sans gluten est virtuellement impossible
* Combien de gluten un occidental moyen consomme par jour
* Combien de gluten peut supporter une personne sensible au gluten
* Combien représente le niveau de contamination au gluten dans les produits sans gluten !!
* Est-ce que le seuil de gluten dans les aliments sans gluten sont les mêmes partout dans le monde ?
* quel est le seuil de gluten reconnu pour être sans risque pour la plupart des malades coeliaques ?
* une ressource pour connaître la définition de la maladie coeliaque
* Quelle méthode scientifique permet de définir le seuil de sensibilité au gluten
* Pourquoi la méthode scientifique n’est pas adaptée à une évaluation individuelle du seuil de sensibilité au gluten ?
* Découvrez une ressource gratuite que je vous propose pour allez plus loin !

Seuil de sensibilité au gluten - Marc Welter - blog-sans-gluten.com

Quand on décide de changer d’alimentation et de passer à une alimentation sans gluten, assez rapidement vient la question de savoir “combien de gluten est-ce qu’on est capable de supporter ?”
“Est-ce qu’on peut faire des écarts ? Combien d’écarts ?”

Pensez bien à reste avec moi jusqu’à la fin de l’article, je vous donnerai des informations utiles pour ceux qui souhaitent aller plus loin !

La question qui est à l’origine de cette vidéo me vient de Malika. On va tout de suite voir ensemble la réponse à cette question !

Salut c’est Marc, je suis l’auteur du blog-sans-gluten.com

L’objectif que je me suis fixé, c’est de vous aider à mieux comprendre vos intolérances alimentaires pour que vous utilisez votre alimentation vraiment au service de votre santé plutôt que de subir des problèmes qui vous créent des symptômes qui viennent probablement de l’alimentation, si vous êtes en échec de diagnostic médical, que vous avez évalué plein d’autres options et que rien n’a fonctionné comme prévu, peut-être bien que l’alimentation pourra vous aider à passer ce cap et à améliorer votre bien-être.

Je vais lire maintenant le message de Malika, et ensuite on répondra à la question Malika ensemble.

Malika me dit :

“ Bonjour, je souhaiterais savoir comment connaître mon seuil de tolérance en sachant qu’une de mes connaissances se retrouve pratiquement à l’hôpital dès qu’elle mange un peu de gluten ?
Cordialement Malika”

Premièrement Malika merci de m’avoir contacté et puis d’avoir posé cette question.

Et voici un lien pour ceux qui souhaitent poser également une question.

Je pourrais éventuellement la traiter dans de futures vidéos, où je considère les meilleures questions que vous posez.

Je vais essayer de répondre à la question de Malika du mieux possible, en deux parties, et en plus je vais introduire un bonus dont je vais vous parler à la fin, en troisième point de cet article.

Seuil de gluten : prendre en compte la contamination de gluten

La première chose qui importantes à garder en tête quand on veut connaître le seuil de sensibilité au gluten, c’est qu’il y a un problème assez fréquent qui vient de l’industrie agroalimentaire.

En effet, il existe une contamination de gluten durant le processus de broyage des céréales et de traitement des céréales.

Un autre point important, c’est que virtuellement, c’est quasiment impossible de manger sans gluten !

Paradoxalement il y a de l’alimentation sans gluten vous trouvez même des rayons sans gluten dans vos magasins proches de chez vous.

Et en réalité les aliments sans gluten ne sont pas toujours sans gluten, ils ont un certain seuil de gluten.

Juste pour vous donner un ordre d’idée, un occidental « normal » qui mange une alimentation avec gluten va consommer entre 10 et 20 grammes de gluten par jour assez facilement.

C’est la norme vraiment.

Donc si vous êtes « sans gluten », je vais parler du cas le plus fréquent, dont on parle habituellement quand on parle de “sans gluten”, c’est la maladie cœliaque.

Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, je vous invite à suivre ce lien vers une vidéo où je vous donne la définition de la maladie cœliaque si vous voulez mieux comprendre de quoi il s’agit.

Je ne vais pas vraiment m’étaler sur ce sujet-là dans cet article.

Donc ce qui est intéressant, c’est que les malades cœliaques et les allergiques au blé, qui sont les personnes les plus sensibles, vont déclencher une réaction à des seuils de gluten ingéré très faibles.

Et quand on compare les 10 – 20 g consommés par un individu moyen normal en Occident avec les 10- 20 mg milligrammes… (milligramme c’est 1000 fois moins que le gramme)

Ce sont des quantités infimes, c’est vraiment une poussière.

Un rien suffit à déclencher une réaction.

Alors tout dépend à quelle fréquence la personne consomme le gluten, et comment son système immunitaire va réagir.

On va un petit peu clarifier tout cela maintenant.

En dessous de 10 mg, il y a très peu de personnes dans la catégorie super-sensible (les malades cœliaques), il y a très peu de personnes qui vont avoir une réaction si l’on consomme moins de 10 mg par jour.

Ce seuil extrêmement bas pose problème au quotidien.

Et c’est assez difficile de savoir comment trier et comment choisir son alimentation parce que cela ne dépend pas forcément que de l’alimentation.

Ce sont les traces qui existent dans l’alimentation et puis aussi notre propre seuil de sensibilité, ce qui correspond exactement à la question de Malika. Et c’est là où je voudrais parler d’un deuxième point.

Seuil de sensibilité au gluten : le point de vue médical et scientifique

Nous entrons maintenant dans la deuxième partie de cet article.

Si maintenant je me place du point de vue purement médical et scientifique, si je veux définir un seuil de réaction à un certain produit, voici généralement ce qu’on fait.

La méthode scientifique pour définir un seuil de sensibilité au gluten

Je vais vous expliquer la méthode scientifique, comme ça, cela vous aidera, vous, à décider, à comprendre qu’est-ce qui est important à retenir.

Un scientifique qui va essayer de comprendre quel est le seuil de gluten toléré par une personne, il ne va pas analyser une personne, il va analyser une population.

Donc ce qu’il va faire, il va sélectionner un groupe de personnes homogènes qui partagent la même caractéristique.

Donc là en l’occurrence on considère les personnes qui sont malades cœliaques comme point de repère. Et on va les exposer à différentes quantités de gluten.

Pour comprendre quels sont les symptômes, on essaie d’analyser ce que la personne a ressenti, quels sont les marqueurs biologiques, donc on fait des analyses, des prises de sang, éventuellement des prélèvements, des biopsies, des choses comme cela, pour essayer de voir s’il y a quelque chose qui a été perturbé quand on expose des personnes à une certaine quantité de gluten alimentaire.

Par exemple pour 10 mg de gluten par jour pendant 90 jours, ou pendant une semaine, ou 50 mg de gluten par jour pendant X jours.

On regarde avant, on regarde après, et on compare les symptômes.

S’il y a une réapparition de symptômes, une augmentation des anticorps qui sont connus pour être utilisés habituellement pour faire le diagnostic de la maladie cœliaque, si un certain nombre de ces choses-là qui varient et plutôt dans le sens d’une augmentation puisqu’on est en train de stimuler le système, d’essayer de stimuler avec du gluten à des doses standardisées pour voir ce qui se passe…

Si on voit une réaction, on peut dire, OK, globalement quand on fait des moyennes, au-delà de telles quantités de gluten, on a tel pourcentage de la population qui va avoir une réaction, et la majorité des gens ne réagissant pas à cette dose, on peut dire OK ce seuil est acceptable.

Et c’est de cette manière-là qu’on est arrivé finalement à des seuils autour de 10 – 20 mg par jour qui sont acceptables pour la plupart des malades cœliaques.

Paradoxalement…

Alors…

Ce qui va suivre est assez paradoxal, donc suivez-moi bien !

Il y a des personnes qui sont malades cœliaques et qui sont tellement sensibles que même si l’on diminue le gluten inférieur aux seuils les plus bas, même si l’on est le plus bas possible, il y aura toujours des personnes qui auront une réaction.

Et à l’opposé, il y a des personnes qui vont supporter des quantités de gluten bien supérieures au seuil qu’on considère normalement être vraiment la limite qu’il ne faudrait surtout pas dépasser.

Il y a des personnes qui le supportent, qui le supportent ponctuellement, qui le supportent sur une base régulière tous les jours, et « ça passe » !

Il faut bien comprendre que nous ne sommes pas tous construits pareil.

La maladie ne s’est pas déclenchée et manifestée de la même manière pour tout le monde.

Et il va être difficile de répondre complètement à la question de Malika simplement en disant :

“10 mg c’est bon, 20 mg c’est bon.
Si vous prenez les produits sans gluten tout va bien ! »

Quand on fait des sciences, c’est un outil qu’on utilise pour décider si un seuil est acceptable ou pas, s’il y a une réaction ou s’il n’y en a pas.

Habituellement on fait des statistiques.

Définir un seuil de sensibilité au gluten grâce aux statistiques

La statistique est un « outil » qui sert à aider à décider sur la base d’un groupe de données.

Ce groupe de données, ce sont les réponses de plusieurs individus.

Et en général il en faut beaucoup parce que lorsqu’on utilise peu de personnes pour faire ces analyse, on a beaucoup de difficultés à conclure, ou a être sûr que la conclusion est fiable pour généraliser le plus possible.

Donc le vrai problème c’est qu’il y a des grosses “variabilités individuelles”.

C’est comme ça qu’on appelle le fait que certaines personnes réagissent très peu même si on leur met beaucoup de gluten.

Ils ne vont pas avoir de réactions !

Et d’autres personnes, même si on leur met très très peu de gluten, vont continuer à avoir des réactions.

Tout le monde n’est pas pareil, comme je le disais plus haut. Et donc il y a des variations, peu importe qui on choisit d’analyser, tout le monde ne va pas réagir à 10 mg de gluten, ou à 50 mg de gluten.

Et c’est quelque chose qui est vraiment propre à chaque personne.

L’unique moyen vraiment fiable c’est de dire qu’on a des moyennes qui permettent d’analyser globalement, mais ensuite il faut le remettre dans le contexte de la personne.

Donc si la personne a une fragilité particulière ou une sensibilité hyper développée, il y a énormément de paramètres qui peuvent rentrer en ligne de compte, et qui peuvent modifier la manière dont une personne particulière va réagir à une certaine quantité de gluten.

Il y a des outils objectifs que la médecine et la science utilisent.

On fait des tests sanguins, on fait des tests pour analyser des symptômes. On essaie de quantifier, et c’est quelque chose qu’on peut faire même à une échelle individuelle.

Vous-même sans même passer par le médecin, vous avez déjà moyen d’identifier un certain nombre de symptômes.

Des fois, la maladie cœliaque, et tous les symptômes liés à la maladie coeliaque ne se déclenchent pas systématiquement.

On a ce qu’on appelle des situations où les symptômes sont silencieux.

Mais la maladie est présente, le système immunitaire est déjà en train de se réveiller parce qu’il y a du gluten. Mais cela ne va pas se traduire en symptôme.

Conclusion

Je récapitule pour essayer vraiment d’être clair.

Il y a les seuils officiels, et ça, c’est défini par pays, et on a des produits sans gluten qui contiennent des traces de gluten, faibles mais elles existent.

Ces traces peuvent faire réagir certaines personnes selon leur seuil de sensibilité.

Pour définir ce seuil de sensibilité, les médecins et les scientifiques utilisent certains critères.

Des dosages sanguins d’anticorps qui servent normalement à diagnostiquer la maladie ou à suivre l’évolution de sa progression, ou des biopsies de l’intestin. Mais c’est beaucoup plus compliqué à faire, c’est invasif. On essaie d’éviter ce genre de choses-là en dehors d’une étude scientifique…

Donc il y a relativement peu d’outils qu’on peut utiliser au quotidien pour définir un seuil individuel d’une personne.

En général, on fixe un seuil pour tout le monde, puis on voit si cela convient de le suivre, ou s’il y a beaucoup de personnes qui ont des réactions ou des problèmes.

Vous, individuellement, que ce soit vous, Malika, qui m’avez posé la question, ou la personne que vous connaissez qui a des réactions hypersensibles, ou vous qui suivez cet article maintenant, la question à vous poser c’est déjà d’être à l’écoute de votre corps, et savoir s’il y a des symptômes, quelque chose qui se manifeste, qui serait lié au fait que vous consommez du gluten, que vous avez fait un écart etc. et il faut être à l’écoute de cela.

Parce que je sais qu’une partie des gens qui me regardent ne sont pas toujours à l’écoute…

J’ai été dans le cas pendant très longtemps, donc je peux très bien vous en parler.
C’est qu’on ne se sent pas bien, on ne veut pas admettre qu’on ne se sent pas bien.

On préfère continuer à manger notre bonne pizza, on préfère… Voilà !

On ignore la réalité du problème, et on continue à vivre. Et on a quand même un mécanisme de compensation, de tolérance.

Et puis on a de l’inflammation qui se développe, on a des réactions qui deviennent quand même de plus en plus difficiles à supporter.

Et c’est à ce moment-là où finalement on se dit :

« bien ! on va quand même essayer de de respecter et de pas faire d’écart »

Ou alors il y a d’autres cas de figure, dans lesquels on se dit :

« bon, je fais tout ce qui en mon pouvoir, mais je continue à ne pas me sentir bien ».

J’ai des réactions et de la sensibilité qui reste encore, malgré les efforts que je fais à manger sans gluten !?

Comprendre sa sensibilité au gluten : une ressource pour aller plus loin

C’est maintenant le moment où je vous parle d’un troisième point dont j’avais l’intention de vous parler, je l’ai dit au tout début, c’est le cas où vous faites déjà tous les efforts et vous continuez avoir des réactions, des sensibilités.
Peut-être qu’il y a quelque chose dans votre alimentation au quotidien qui fait que vous faites peut-être des erreurs que vous ne savez pas, et vous continuez à manger du gluten sans le savoir.

Et cela peut affecter votre santé, votre bien-être.

C’est pour cette raison que j’ai conçu un cours en ligne qui va résoudre quatre erreurs majeures que les gens font assez souvent, qui sont très communes quand on débute sans gluten, et même parfois quand on a débuté sans gluten depuis un certain temps, qu’on n’est plus vraiment débutant, mais qu’on n’a pas pris le temps de vérifier certaines informations, on continue à faire des écarts, et parfois sans le savoir.

Donc ce cours est là pour vous aider à éviter quatre de ses erreurs parmi les plus communes. Je vous mets le lien ici pour que vous puissiez cliquer pour vous inscrire.

Il suffit de me remplir un un mini formulaire avec votre prénom, votre e-mail et je vous enverrai tout ça tout de suite, via email.

Et enfin…

Avec tous ces conseils vous devriez être parti(e) pour aller beaucoup mieux.

J’espère que ces informations vous aident.

Si c’est le cas, n’oubliez pas de cliquer sur le bouton facebook « j’aime » en fin d’article.

Vous pouvez aussi mettre un petit « pouce bleu » vers le haut / »j’aime » quand vous regardez mes vidéos dans youtube.

Et vraiment, je vous incite fortement à vous manifester, ça pourra permettre de diffuser plus largement la vidéo si elle est appréciée.

Evidemment, partagez-la, si la vidéo vous a plu !

Pensez aussi à vous abonner, si ce n’est pas déjà le cas.

Pour préparer cet article, j’ai fait des recherches, mais peut-être il y a des choses qui m’ont échappées, c’est pour ça que je vous invite à me laisser des commentaires sous l’article pour me dire éventuellement des choses que j’aurais pu ajouter, ou des choses que vous savez qui auraient pu être utiles d’indiquer, pour aider à répondre à la question de Malika.

Je publie pour vous du nouveau contenu sur ce blog et sur ma chaîne YouTube.

 

Si cet article vous a intéressé, et que vous aimeriez m’encourager, c’est très simple.

Il vous suffit de vous abonner directement à la chaîne sans gluten et sans lait en cliquant sur le bouton rouge ici :

 

Un rendez-vous Hebdomadaire

Je vous propose une série de vidéos que je poste tous les jeudis sur ma chaine Youtube.

Donc revenez voir sur le blog pour avoir les dernières informations sur les vidéos que je poste, dans lesquelles je réponds à vos questions.

Je sélectionne les meilleures questions auxquelles je réponds dans les vidéos que je poste chaque semaine.

Je vous dis à très vite pour le prochain article et la prochaine vidéo !


Ressources utiles


 

Références bibliographiques
Bold, J. and K. Rostami (2011). "Gluten tolerance; potential challenges in treatment strategies." Gastroenterol Hepatol Bed Bench 4(2): 53-57.

Catassi, C., E. Fabiani, G. Iacono, C. D'Agate, R. Francavilla, F. Biagi, U. Volta, S. Accomando, A. Picarelli, I. De Vitis, G. Pianelli, R. Gesuita, F. Carle, A. Mandolesi, I. Bearzi and A. Fasano (2007). "A prospective, double-blind, placebo-controlled trial to establish a safe gluten threshold for patients with celiac disease." Am J Clin Nutr 85(1): 160-166.
 

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout !

Pour aller encore plus loin, je partage avec vous 4 erreurs communes que l'immense majorité des gens font quand il s'agit de mettre en place une alimentation sans gluten.
Voici un cours en ligne que je vous offre pour vous aider à passer au niveau supérieur.

Cliquez ici et laissez-vous guider >>



Publié dans article, définition, FAQ sans gluten, gluten et santé, nutrition et santé, Sans Gluten et Sans Lait, Théorie Tagués avec : , , , , , , , , , , , , , , ,

Laissez un commentaire